Cloud Hybride : l’ Hybridation comme nouveau modèle du SI ?

Cloud Hybride« Cloud Hybride », « Hybridation », … tels étaient les mots-clefs qui revenaient en boucle lors des derniers Etats Généraux du Cloud Computing qui se sont déroulés les 21 et 22 mai derniers à Paris.

Pas étonnant que le Cloud Hybride ait été au centre des réflexions, car, selon Gartner, près de 50% des entreprises aura un déploiement de type Cloud Hybride d’ici 2017…

Alors ? Le Cloud Hybride est-il bien une réalité ? L’Hybridation va-t-elle devenir le nouveau modèle du SI ?

Telles étaient les interrogations posées lors d’un Atelier consacré au Cloud Hybride pendant le programme des Etats Généraux, atelier animé par Frédéric JAFFRES, Directeur Général de SATELLIZ.

L’objectif de l’atelier, sous forme de table ronde, était de faire le point sur ce phénomène d’hybridation, avec le retour d’expérience d’experts du domaine. 

SATELLIZ vous livre son compte-rendu, comme si vous y étiez.

 

Le Cloud Hybride : quelques définitions

Cloud Privé = infrastructure Cloud dédiée à une même organisation
Cloud Public = infrastructure Cloud mutualisée sur plusieurs organisations

Dans ces deux cas, on retrouve les caractéristiques suivantes :

  • Un portail de gestion des ressources (Self Service) ;
  • L’ouverture via API ;
  • Des ressources élastiques ;
  • Une consommation des ressources à l’usage (vu de l’utilisateur).

Cloud Hybride = Cloud Public + Cloud Privé.

Le spectre de scénarios d’infrastructures couvert par le Cloud Hybride est assez vaste :  

  • De la simple cohabitation d’usage du Cloud Privé (voire de l’IT traditionnel) et du Cloud Public, au sein d’une même organisation …
  • … à la solution ultime de Cloud Hybride totalement intégrée (brique d’Orchestration et d’Automatisation centrale pilotable via Portail/API, abstraction des Clouds utilisés, présentation orienté Service, …)

 

Les avantages du Cloud Hybride

  Cloud Privé Cloud Public

 

  Avantages :

  • Internalisation des données
  • Maitrise de la sécurité
Avantages :

  • Ressources « illimitées »
  • Paiement « à la consommation réelle »
 <- Cloud Hybride
  Inconvénients :

  • Ressources limitées
  • Coût = investissement
Inconvénients : 

  • Localisation des données
  • Mutualisation des règles de sécurité
  • Coût si charge de travail permanente

 

       

Le Cloud Privé et le Cloud Public ne sont pas opposés mais 100% complémentaires, … d’où l’emergence du Cloud Hybride qui réunit les avantages du Cloud Privé avec ceux du Cloud Public !

 

Le Cloud Hybride : quels cas d’usage pour les entreprises ?

A. Plan de Reprise d’Activité (PRA) ou la Reprise sur incident

On peut construire son PRA (Plan de Reprise d’Activité) consistant à basculer sa plate-forme de production sur incident vers une plate-forme « dormante » prête à démarrer, sans maintenir en permanence une infrastructure totalement redondée, nécessaire en cas de bascule.

Ainsi, on maintient juste le minimum vital sur la plate-forme « dormante », pour pouvoir y synchroniser les données de la production en cas de bascule, et au moment de la bascule, on initialise la plate-forme « dormante » à partir de ces données, plate-forme qui devient alors la plate-forme de production.

 

B. Le débordement ou la gestion de pics de charge

L’objectif est de s’appuyer sur le Cloud Public afin d’ « allumer » à la volée des ressources à la demande, en cas de pics de charge qui sont plus ou moins prévisibles et dans tous les cas occasionnels.

Ces ressources ne sont ni internes, ni dédiées, mais mutualisées dans un Cloud Public, en quantité « illimitées ».

 

C. Environnements non permanents : plate-formes de Test, de Pré-production, …

Les environnements techniques de Développements, de Tests (Quality Assurance), …, sont des environnements à durée de vie limitée, qu’il faut pouvoir réinitialiser, et qui n’ont pas vocation à fonctionner en continu.

Allumer des ressources dans le Cloud Public, à la demande, permet d’initialiser ces environnements « ponctuels », en utilisant une configuration très proche des environnements de production et à moindre coût.

 

D. Nouveaux projets : POC (Proof Of Concept) ou lancement

Les projets nouveaux (POC, lancement) ne sont pas toujours simples à appréhender en terme de besoin de ressources, d’un point de vue de la volumétrie en jeu à l’instant T, comme de l’évolution dans le temps de cette volumétrie (évolution des usages, montée en charge).

Il est donc beaucoup plus simple de démarrer sur des ressources à la demande accessibles à partir d’un Cloud Public.

 

Cloud Hybride : la parole aux experts

Voici en résumé quelques-unes des interventions des experts présents à la table ronde. Ces interventions basées sur leurs expériences témoignent du degré actuel de maturité du Cloud Hybride au sein des entreprises qui adressent de tels projets.

 

Damien Penin, Directeur du Développement de SPIE

Damien Penin explique que les freins à l’adoption du Cloud Hybride qu’il rencontre auprès de ses clients sont autant d’ordre technique que psychologique : les DSI ont du mal à passer au Cloud Public et restent aujourd’hui très orientés Cloud Privé.

 

Nicolas Renaud, Directeur Cloud France de Dimension Data

Nicolas Renaud nous indique que le mouvement observé n’est pas du Cloud Privé vers le Cloud public, mais plutôt du Cloud Public vers le Cloud Privé. Après avoir essayé le Cloud sur du Cloud Public, les clients veulent répliquer la même chose sur du Cloud Privé, en sous-estimant la difficulté et les enjeux, et en résumant le Cloud Privé à une solution de virtualisation. La mise en oeuvre d’un Cloud Privé « au niveau » d’un Cloud Public est du coup souvent maladroite et laborieuse.

Par ailleurs, Nicolas Renaud souligne l’intérêt des solutions de Dimension Data (suite complète, matériel et logiciel), permettant de bénéficier d’une solution totalement intégrée et interopérable, avec un vrai alignement du Cloud Privé sur le Cloud Public.

Un témoignage éclairant vu que Dimension Data observe que le mouvement ne se fait pas uniquement du Privé vers le Public, tel que présenté dans les cas d’usage de l’introduction, mais aussi du Public vers le Privé.

 

Eric Petiot, Directeur des Ventes SmartCloud & SoftLayer IBM

Selon Eric Petiot, les frontières entre Privé et Public ne sont pas si claires, elles n’existent plus. En effet, si on considère l’offre de SoftLayer par exemple, on se rend compte que l’on peut construire son Cloud Privé, son Cloud Public, ou son Cloud Privé sur la base d’une infrastructure Cloud Public, ou même encore commander un/des serveur(s) dédié(s) (sous forme de Bare Metal). On peut donc construire son propre Cloud Hybride (incluant du Cloud Public, du Cloud Privé, et même des infrastructures non Cloud de type serveurs dédiés) en s’appuyant sur une seule et même offre IaaS.

Ce témoignage met en évidence la convergence Cloud Public et Cloud Privé, avec des technologies qui permettent de « privatiser » dans du Cloud Public.

 

Patrick Anguet, Chef de Produit Offre Cloud SFR

Patrick Anguet expose un cas d’hybridation qu’il rencontre souvent chez ses clients : l’hybridation Front End/Back End. Il s’agit de mixer du Cloud Public et du Cloud Privé pour la même application en privilégiant l’approche Cloud Public pour la partie Front End (les serveurs Web par exemple), tirant ainsi partie de l’élasticité et des ressources illimitées du Cloud Public, et l’approche Cloud Privé pour la partie Back End (les serveurs de Base de Données par exemple), avec les avantages liés à la confidentialité et à la localisation des données du Cloud Privé.

Ce nouveau cas d’usage très spécifique aux applications Web, permet une hybridation rapide : il n’est pas nécessaire d’adapter le code de l’application comme cela est le cas dans le cas d’un scénario de débordement plus classique Privé vers Public, car l’interopérabilité Privé / Public se limite ici aux échanges entre Front End et Back End.

 

Fabrice Lamine, Cloud Lead Solution Architect HP

Fabrice Lamine rappelle qu’il accompagne ses clients pour construire leur Cloud Privé, et de plus en plus pour construire leur Cloud Hybride. Dans ce cadre, Fabrice nous expose un cas client type sur lequel HP a récemment travaillé, en l’occurrence la mise à disposition d’un Cloud Hybride de plusieurs dizaine de milliers d’instances pour une entreprise du CAC40, Cloud Hybride piloté depuis un portail central gérant le catalogue de services et l’orchestration des ressources Cloud Privé et Cloud Public. 

Le témoignage de Fabrice révèle qu’il existe d’ores et déjà des implémentations d’envergure de Clouds Hybrides.

 

Patrick Debus-Pesquet, Chief Technology Officer Numergy

Patrick Debus-Pesquet précise que la brique d’orchestration ne doit pas être une simple solution d’orchestration de ressources, mais doit évoluer vers une solution d’orchestration de processus métiers de l’entreprise. Patrick rappelle également l’importance des standards afin de permettre l’émergence du Cloud Hybride. Face à ces considérations, le Cloud souverain Numergy a choisi de s’appuyer sur la suite logicielle opensource OpenStack, afin de garantir à ses clients l’interopérabilité et la réversibilité. 

La brique d’orchestration est un composant essentiel à la mise en oeuvre d’un Cloud Hybride, et les standards permettront aux utilisateurs de faire interopérer plusieurs solutions du marché entre elles.

 

Hervé Leroux, Directeur Solutions IT de OBS

Chez OBS, les mises en oeuvre de Clouds Hybrides vont de la simple cohabitation Public/Privé, jusqu’à la solution complètement intégrée comprenant une brique centrale d’orchestration, en passant par toutes les solutions à mi-chemin entre les deux, cela dépend où le curseur est positionné. Pour Hervé Leroux, la cible c’est le Cloud Public, et le plus gros frein à la mise en oeuvre d’un Cloud Hybride, c’est l’existant. 

Le frein est l’existant, c’est tellement vrai. D’ailleurs les sociétés nouvelles (start-up) qui n’ont pas d’existant s’appuient directement sur des offres de Cloud Public, en mode multi-cloud, pour adresser les problématiques de haute-disponibilité, continuité du service, etc, … ce qui constitue également une forme d’hybridation.

 

En conclusion

Par le biais des témoignages des intervenants, relatant d’expériences toutes différentes autour de projets de Cloud Hybride, on se rend compte que le phénomène de l’hybridation du SI est bien une réalité.

Un consensus se dessine par ailleurs autour des mots clefs : catalogue de service, portail, api, orchestration…

Les besoins s’expriment plus précisément, des offres existent, des standards émergent, les freins à l’adoption se lèvent petit à petit…

L’hybride semble bien être le modèle de l’IT de demain, car il réunit le meilleur des deux mondes que sont le Cloud Public et le Cloud Privé, et il est porté par une multitude de cas d’usage, tous économiquement cohérents, ce qui n’est pas le moindre des arguments pour qu’une entreprise se convainque de l’adopter !

 

 

A propos de SATELLIZ

SATELLIZ, pur acteur français du Cloud, propose une solution de supervision (Logiciel + Intervention 24/7) permettant aux entreprises d’assurer facilement et économiquement la disponibilité 24/7 de leurs serveurs et applications situés dans le Cloud ou ailleurs.

La solution SATELLIZ associe un logiciel de monitoring en mode SaaS, édité par SATELLIZ, permettant la détection et l’alerte en temps réel de toute anomalie technique, avec un service exclusif d’intervention 24/7, en mode « Team as a Service », permettant la gestion immédiate des incidents.

De mise en route immédiate, la solution SATELLIZ n’exige aucune configuration technique et est compatible avec tout hébergement (Cloud privé/public/hybride, hébergeurs, sites d’entreprises).

En mode SaaS & TaaS (« Team as a Service »), la solution est sans investissement initial, sans frais d’installation, et est proposée sous forme d’abonnement forfaitaire.

La solution SATELLIZ s’adresse aux organisations IT de tout profil d’entreprises, des startups aux grandes entreprises, ainsi qu’aux professionnels du Cloud (Hébergeurs/Infogéreurs, Editeurs SaaS/PaaS, Cloud Solution Provider,…).

Plus d’informations : http://www.satelliz.com    |    Twitter : @satelliz    |    Presse : presse@satelliz.com